Hypersensibilité alimentaire

Hypersensibilité alimentaire de type III IgG dépendante

 

6e8586a191388450cc33833a14e710b9

 

 

Le tube digestif joue un rôle de "barrière perméable": il laisse en effet passer les nutriments (les aliments digérés) permettant les apports nutritionnels journaliers et les apports énergétiques indispensables à la vie. En permettant ces phénomènes vitaux, le tube digestif met en relation permanente notre système immunitaire et les fragments alimentaires digérés (protéines essentiellement).

Par des mécanismes complexes et indispensables pour une vie saine et exempte de pathologies allergiques et/ou d'intolérances et/ou immunitaires, notre organisme (système immunitaire) s'éduque, apprend à tolérer ce passage de nutriments, de fragments alimentaires à travers le tube digestif et la plupart des fragments alimentaires traversant la "barrière perméable" du tube digestif sont acceptés, "tolérés" par notre organisme et notre système immunitaire. 

Lorsque la tolérance est optimale, il n'existe aucun phénomène "d'intolérance alimentaire" ou d'hypersensibilité alimentaire IgG dépendante : il existe un état d'équilibre parfait, d'homéostasie optimale...

Néanmoins, "Tolérance, un jour n'est pas synonyme de tolérance toujours"!

Ces mécanismes d'acceptation, de tolérances de notre système immunitaire évoluent tout au long de notre existence. Les causes et étiologies de "rupture de tolérances" sont nombreuses, variées, complexes et la plupart du temps diagnostiquées que très tardivement - voire jamais - 

Les phénomènes d'intolérances alimentaires ou d'hypersensibilité de type III IgG dépendante sont des réactions inappropriées vis à vis de protéines alimentaires. Ces réactions inappropriées sont dues à une rupture d'équilibre, une rupture de l'homéostasie. Ces mécanismes s'accompagnent quasi systématiquement d'un trouble de la perméabilité intestinale : la traversée de la "barrière perméable" du tube digestif par les fragments alimentaires est anormale; une réaction du système immunitaire va avoir lieu vis à vis de certains aliments qui ne sont plus "tolérés".

Cette réaction immunitaire et inflammatoire vis à vis de cette présentation inappropriée des aliments est plus ou moins importante et symptomatique : le tube digestif ne jouant plus correctement son rôle de "barrière perméable", les phénomènes "d'intolérances alimentaires" apparaissent. 

A ce stade, les manifestations cliniques sont parfois faibles voire non symptomatiques. Il faut parfois une période plus ou moins longue (parfois des années) avant que se manifeste une symtomatologie clinique.

Les manifestations cliniques sont variées : elles peuvent toucher le tube digestif mais (rarement) et pas uniquement. Les réactions cliniques peuvent trouver leur lieu d'expression au niveau de nombreux autres organes : la peau, ORL, phanères (ongles, cheveux), appareil locomoteur (articulations), oeil. Il peut s'agir de manifestations d'accompagnement d'autres pathologies gastro-entérologiques (pathologies inflammatoires intestinales chroniques), endocriniennes (auto-immune touchant la thyroïde par exemple). 

 

Conclusion : 

L'hypersensibilité alimentaire de type III IgG dépendante indique une réponse déséquilibrée à l'introduction des aliments testés; plus il y a de réactivités classées en "élevées" et/ou "très élevées", plus l'hypersensibilité alimentaire doit être considérée comme importante dénotant par ce fait une perméabilité intestinale perturbée. 

 

Une alimentation trop monotone peut être à l'origine des phénomènes d'hypersensibilité alimentaire IgG dépendante : une alimentation est dite  trop monotone quand il existe une habitude alimentaire avec répétition trop régulière d'apports des mêmes aliments (le même aliment est consommé quotidiennement et/ou les mêmes aliments sont consommés sur 3 ou 4 jours consécutifs). Certaines circonstances sont des facteurs favorisant l'apparition et l'installation de ces hypersensibilités. 

Les hypersensibilités alimentaire de type III IgG dépendante se retrouvent plus facilement associées à certaines situations ou désordres cliniques : déséquilibre de la flore bactérienne (phénomène chronique ou suite à la prise de certains médicaments, notamment des antibiotiques), anomalie de la digestion et/ou absorption intestinale, irritation pariétale digestive pour les causes les plus fréquentes.

En fonction du contexte clinique, de la symptomatologie digestive (troubles du transit, douleurs/pesanteurs abdominales, difficultés à la digestion, flatulences, symptomatologie de malabsorption), en cas de doute sur le bon équilibre des différentes étapes digestives, des explorations seront peut être nécessaires et pourront être envisagées : recherche des IgG spécifiques, coproculture/parasitologie des selles/exploration fonctionnelle complète de la digestion, fécalogramme. 

Suite à la recherche des IgG spécifiques : lorsqu'il existe des réactions "modérées", "élevées", ou "très élevées" concernant les paramètres gliadine et/ou transglutaminase, la pertinence d'une recherche de pathologie de malapsorption (type maladie coeliaque) doit être discutée et peut être envisagée avec la réalisation d'analyses biologiques spécifiques (dosage d'anticorps anti-transglutaminase IgG et/ou IgA). Ces compléments biologiques sont à discuter également lorsque des réactions "élevées" et/ou "très élevées" concernant l'ensemble des aliments de la famille des céréales gluten-dépendantes (blé/orge, seigle/avoine et dans une moindre mesure l'épeautre).

Je suis en mesure de vous conseiller ces examens dans les situations pouvant être à l'origine d'une perturbation de la barrière intestinale et/ou de la tolérance immune.

Indications:

-Troubles digestifs: nausées/vomissements, crampes/douleurs, ballonnement/flatulences, constipation/diarrhée/transit alterné, colon irritable, lourdeurs digestives postprandiales, pathologies digestives (rectocolite hémorragique, maladie de Crohn, pathologie de malabsorption, pathologie coeliaque, maladie inflammatoire chronique intestinale...).

-Atteintes récidivantes des voies respiratoires: ORL (otite, sinusite, rhinite, sécheresse oculaire), pulmonaire (bronchite), asthme à répétition.

-Troubles cutanéo-muqueuse: sclérose cutanée, eczéma, psoriasis, acné, urticaire, dermatite atopique, troubles des phanères : cheveux, ongles...

-Pathologies inflammatoires: polyarthrite et/ou autoimmunes connues (Lupus érythémateux, connective, vascularité...).

-Troubles locomoteurs: douleurs articulaires, fibromyalgies, crampes musculaires.

Pathologies dysmétaboliques: diabète, obésité, intolérance au glucose, dysthyroïdie. 

-Atteinte du système immunitaire: post traitement ou secondaire à une pathologie (immunosuppression post traitement, déséquilibre immunitaire après infection chronique à virus persistants, CMV, EBV, hépatite, HIV). 

-Manifestations neuro-cognitives: troubles cognitifs, troubles de la concentration, migraines, somnolence, troubles de l'humeur, syndrome anxiodépressif, hyperactivité, atteinte neurodégénérative (SEP, dystrophie neuronale...). 

 

N'hésitez pas à me poser vos questions! 

 

 

   

 

 

 

Ajouter un commentaire