Les Oligo-éléments

Une Pincée d'Argent

Une pincée d’argent pour venir à bout des résistances bactériennes !

Argent

(Le Quotidien du Médecin 20.06.2013)

Le remède est vieux comme le monde, ou presque. L’argent, qui est utilisé depuis l’Antiquité pour prévenir et guérir les infections, permettrait de lutter contre les infections bactériennes multirésistantes. D’après une étude de l’université de Harvard (Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering), publiée dans « Science », ce métal précieux permettrait de rétablir la sensibilité des bactéries aux antibiotiques. Les chercheurs ont obtenu des résultats encourageants in vitro et chez la souris pour plusieurs antibiotiques communément utilisés, tels que la vancomycine, la gentamycine, l’ofloxacine, l’ampicilline et la tétracycline. Avec une « pincée d’argent », il s’est avéré possible d’enrayer deux types d’infections particulièrement difficiles : les bactéries dormantes responsables de récurrences et les biofilms se déposant à la surface des cathéters.

 

Stress oxydatif comme arme de guerre

« Ces résultats suggèrent que l’argent pourrait être incroyablement précieux en tant qu’adjuvant aux antibiotiques existants », commente Jim Collins, un chercheur pionnier en biologie synthétique au même Wyss Institute. Au cours de leurs travaux au microscope électronique et en biochimie, les chercheurs ont constaté que sous l’influence de l’argent le stress oxydatif était stimulé avec la production de radicaux libres oxygénés délétères pour les composants bactériens, ADN, enzymes et membrane. Une toute petite quantité d’argent a permis de rendre in vitro des souches normales et mutantes d’E. coli 10 à 1 000 fois plus sensibles à la gentamycine, l’ofloxacine et l’ampicilline. Ce procédé a même permis d’étendre le spectre d’activité de la vancomycine à quelques bactéries gram négatif.

 

Les nanotechnologies en perspective

Chez la souris, l’adjonction d’argent a permis qu’une infection urinaire à E. coli multirésistant soit de nouveau sensible à la tétracycline. Autre expérience dans une forme gravissime de péritonite, près de 90 % des souris traitées par de la vancomycine « argentée » ont survécu, quand à peine 10 % des rongeurs résistent habituellement avec l’antibiotique seul. Les études de toxicité sont rassurantes puisque les doses nécessaires sont bien plus faibles que celles potentiellement délétères, que ce soit chez la souris ou in vitro sur des cellules humaines. De façon à garantir au mieux la tolérance, les chercheurs du Wyss Institute projettent de développer des nanotechnologies intelligentes permettant une délivrance optimale du médicament sur les sites d’infection.

 

(Science Translational Medicine, publié le 19 juin 2013. Dr IRÈNE DROGOU)

Une Découverte Révolutionnaire

D6eb810219 108673 eau liquide cc by 20 jose manuel suarez

 

A la fin des années 50, le chercheur polytechnicien Raymond Valtat (1898-1986), spécialisé en physique-chimie, étudie la solubilité des métaux par électrolyse. Au cours de ses recherches, il réussit à obtenir une dissolution des métaux à des teneurs plus élevées que ce qu'offre la nature. Ses travaux aboutissent  à la mise au  point des Catalyons  (catalyseurs ionisés), découverte révolutionnaire s'appuyant sur un procédé de fabrication entièrement naturel. Breveté en 1960, ce procédé permet une dissolution du métal pur dans une eau d'une grande pureté et sans utilisation de produits chimiques. 

Les oligo-éléments Catalyons que je conseille, se présentent sous une forme naturelle, hautement bioassimilable.

 

Un phénomène naturel

Depuis toujours, les hommes utilisent les métaux pour leurs bienfaits sur la santé et la conservation de l'eau. Cette connaissance empirique perdurait il n'y a encore pas si longtemps, avec la traditionnelle timbale en argent que l'on offrait aux enfants à la naissance. Au contact de l'argent, l'eau allait se charger naturellement en ions argent et développait des propriétés antimicrobiennes. Ce phénomène naturel de dissolution de l'argent sous forme d'ions, observé depuis l'Antiquité, est reproduit dans le procédé d'électrolyse. 

 

L'électrolyse : procédé Catalyons breveté

La fabrication par électrolyse n'utilise pas de synthèse chimique. Elle résulte d'une dissolution physique du métal pur grâce à un procédé électrique dans une eau purifiée et dynamisée. Ce procédé est unique, car il permet d'obtenir des oligo-éléments sous forme d'ions, utilisant l'eau comme transporteur pour une action biocatalytique. 

 

Biodisponibilité et bioassimilation des Catalyons

Contrairement à d'autres formes d'oligo-éléments, les Catalyons ne demandent aucun travail de dissociation préalable afin d'être absorbés. La plupart des autres oligo-éléments sont des composés chimiques que le corps doit "dé-composer" pour les assimiler, engendrant fatigue, déchets à éliminer, voire intolérance. 

Grâce à leur forme ionisée, les Catalyons sont "prêt à l'emploi" et ont une biodisponibilité optimale. La forme ionisée est la seule qui permette d'activer les métallo-enzymes de notre système digestif, nerveux, hormonal, immunitaire... Les oligo-éléments Catalyons sont des catalyseurs qui facilitent nos fonctions physiologiques. 

 

La nature, notre meilleure alliée

Oligo-éléments : oligo, du grec "oligos", petit, peu nombreux.

Au même titre que les vitamines, les oligo-éléments (Magnésium, Zinc, Sélénium, Cuivre, Fer, Silicium...) sont indispensables à la vie. Ce sont des éléments minéraux présents en toute petite quantité dans tous les organismes vivants ("éléments traces"). Leur rôle est essentiel pour le maintien d'une bonne santé. 

 

Le rôle des oligo-éléments

Les oligo-éléments jouent un rôle clé dans de nombreux processus vitaux, notamment comme catalyseurs (composants ou activateurs d'enzymes), constituants d'hormones ou de vitamines, antioxydants ou activateurs du système immunitaire. 

Cela explique qu'un individu présentant des carences en oligo-éléments développera des dysfonctionnements (fatigue, troubles articulaires, immunitaires ou hormonaux). 

 

Le docteur Jacques Ménétrier, précurseur de l'oligothérapie

L'oligothérapie, telle qu'on la pratique aujourd'hui, est encore inspiré des travaux du docteur Jacques Ménétrier (1908-1986).

Il crée la notion de "diathèse" qui décrit pour chaque individu un terrain de prédisposition à telles ou telles maladies, expliquant que certaines personnes sont plus sujettes aux agressions microbiennes, d'autres aux allergies ou aux problèmes articulaires, etc.

Ses travaux lui ont permis de répertorier 5 diathèses:

Diathèse allergique D.I  Manganèse

Diathèse hyposthénique D.II  Manganèse-Cuivre

Diathèse dystonique D.III  Manganèse-Cobalt

Diathèse anergique D.IV  Cuivre-Or-Argent

Diathèse désadaptation D.V  Zinc-Cuivre ou Zinc-Nickel-Cobalt 

 

A chaque saison ses Catalyons

Fêtes de fin d'année, allergies printanières, préparation aux examens et concours, accommodation aux chaleurs estivales, forme quand sonne l'heure de la rentrée, détoxification de l'organisme et soutien des défenses naturelles en automne, douleurs articulaires...

Quelle que soit la saison, il y a des oligo-éléments spécifiques dont notre organisme à besoin en fonction du climat et des événements propres à chaque période de l'année. 

 

Je suis formée pour vous conseiller les oligo-éléments adaptés à votre terrain!

 

Water 366586 960 720