La Thyroïde

La Thyroïde

 

LA THYROÏDE 

et l'équilibre métabolique

Thyro papillon

 

Les déséquilibres thyroïdiens atteignent plus de 200 millions de personnes dans le monde. En France, 1 personne sur 7 ou 8 rencontre des symptômes variés corrélés aux caprices de cette glande qui gouverne toutes les cellules du corps mais aussi nos émotions, nos capacités cognitives.

Epuisement persistant, chute de cheveux, frilosité, intolérance au chaud et au froid, instabilité du poids, état dépressif, tension trop basse ou trop haute, mauvais retour veineux, doigts blancs, oedème des paupières, gonflement des jambes, ralentissement du système digestif, constipation, maux de tête, sensation de constriction de la gorge, troubles du sommeil, ongles cassants ou dédoublés, peau sèche et épaisse, dépression post-partum, fertilité diminuée, prise de poids au moment de la puberté, tachycardie, exophtalmie, etc...

Et si c'était la thyroïde, véritable tour de contrôle et thermostat de l'organisme, glande essentielle mais très vulnérable dont les déséquilibres fonctionnels ou pathologiques sont fréquents : la plupart des dysthyroïdies sont peu ou mal mises en évidence. 

Les prescriptions et la vente du Levothyrox, célèbre médicament conseillé en cas d'hypothyroïdie, ont augmenté depuis 20 ans, passant de 4 millions de boîtes en 1990 à 34 millions en 2012 (selon un rapport de l'ANSM de 2013). En 2012, la lévothyroxine (Levothyrox) était la 6ème substance active la plus vendue en ville.

Et le scandale du Levothyrox nouvelle formule éclate...

La thyroïde est sous le contrôle de l'hypothalamus et de l'hypophyse qui secrètent respectivement la TRH et la TSH, stimuline hypophysaire qui incite la thyroïde à synthétiser les hormones T4 (la thyroxine) et T3 (la triiodotyronine). Celles-ci sont libérées dans le courant sanguin pour atteindre les cellules cibles disposant de récepteurs pour les accueillir. La synthèse de l'hormone T4 s'effectue dans les cellules thyroïdiennes au sein desquelles un gel : la colloïde abrite une macromolécule : la thyroglobuline, dans laquelle un acide aminé : la L-TYROSINE est présent. La thyroglobuline, sous contrôle de la TSH, assure le stockage de l'iode : c'est le précurseur de la synthèse de T4.

L'iode, capté par la colloïde sous forme d'iodures, est activé par une enzyme : la thyroperoxydase en présence de sélénium, de fer, de zinc, de manganèse, de molybdène, de vitamines A et E. La Tyrosine présente dans la thyroglobuline fixe alors 4 atomes d'iode, ce qui aboutit à la synthèse de T4 puis de T3.

Les deux hormones diffèrent par le nombre d'atomes d'iode qu'elles comportent : T4, qui contient 4 atomes d'iode, est convertie en T3 qui en contient 3 et qui est la véritable hormone thyroïdienne active. La totalité de la T4 circulante provient de la production thyroïdienne, tandis que la plus grande partie de la T3 (80%) est issue de la conversion de T4 en T3 en présence des enzymes désiodases et de leurs cofacteurs : sélénium, cuivre, fer, zinc, magnésium, vitamine E, vitamine C. 

La transformation de T4 en T3 se traduit par la perte d'un atome d'iode.

 

Thyroide 1

 

Une carence en précurseurs naturels peut générer une insuffisance fonctionnelle, par manque de cofacteurs enzymatiques ou de tyrosine, à l'origine également de la synthèse de la dopamine, de l'adrénaline et de la noradrénaline. Pour réguler la fonction thyroïdienne, il est donc souhaitable et nécessaire, en complément d'une alimentation équilibrée et individualisée, d'une bonne oxygénation liée à l'activité physique quotidienne, d'une amélioration de la gestion du stress, d'assurer un apport de nutriments (L-tyrosine), et d'oligoéléments permettant de réguler l'activité enzymatique.

 

Je peux vous aider à réguler votre thyroïde en vous apportant une synergie de nutriments, d'oligoéléments, de substances qui contribuent à l'équilibre thyroïdien, au maintien de votre métabolisme basal et à l'équilibre de votre système nerveux. Les compléments et les doses d'utilisation seront à ajuster en fonction des concentrations sanguines en TSH, T4, T3, RT3 et de l'iodurie urinaire.