Il faut savoir que lorsqu'on ingère un aliment, le système nerveux central donne des ordres qui vont permettre à l'estomac de sécréter les sucs digestifs correspondant à la digestion de cet aliment!

Homme

 

L'expérience suivante devenue classique le prouve: la viande a besoin, pour être digérée, que ce suc contienne de l'acide chlorhydrique. Autrefois, on croyait que cette sécrétion était d'ordre purement mécanique et qu'elle exigeait, pour se produire, le contact direct de l'aliment avec la muqueuse stomacale. L'expérience dont il est question prouve que ce contact n'est nullement nécessaire.

En effet, après avoir posé sur l'estomac d'un chien une fistule permettant de recueillir le suc gastrique qui s'écoule, on constate la sécrétion de la quantité exacte d'acide chlorhydrique nécessaire à la digestion du morceau de viande que l'on a seulement montré à l'animal. Le sens de la vue a donc suffi à provoquer cette sécrétion.

Qui peut donc affirmer que pour tous les aliments cela ne se passe pas de la même façon? Qui peut affirmer que l'acide chlorhydrique, nécessaire pour digérer les protéines animales, est également utile pour digérer d'autres aliments? Enfin, qui peut affirmer que le système nerveux donne l'ordre aux muqueuses stomacales de sécréter tous les sucs digestifs qui correspondent aux divers aliments que l'on absorbe pendant un même repas: entrée, plat de viande ou de poisson, légumineuses, fromages, desserts ou fruits?

Les adeptes de la méthode "manger un peu de tout à chaque repas" n'ont pas pensé que la digestion est alors si perturbée que l'on arrive rapidement à un système digestif épuisé et que la plus grande partie de ce que nous mangeons n'est pas utilisée pour construire notre corps mais, au contraire contribue à le rendre malade.

Un des résultats les plus spectaculaires en mangeant selon ces principes est l'absence de selles nauséabondes. Le ventre devient plat, la constipation, la colite, l'aérophagie, ainsi qu'une grande partie des maux de tête chroniques disparaissent. 

Cette méthode est sans doute un des meilleurs moyens de prévenir le cancer du côlon, qui est en augmentation constante ainsi que presque toutes les maladies. Il faut savoir que 90% des maladies sont directement ou indirectement liées à un mauvais fonctionnement des intestins!

 

Selon les chiffres de la santé publique:

Il y a 3.5 à 4 millions d'asthmatique dont 1/3 sont des enfants et des adolescents, soit 2 fois plus qu'il y a 30 ans; il y a 12 millions de rhumatisants, des milliers de personnes ayant des cancers. Le nombre de cancers de la prostate diagnostiqués est de plus de 25% en dix ans! Des infarctus, des scléroses en plaques, des allergies, de la tension artérielle, des maladies en tout genre qui se développent de plus en plus, malgré les milliards dépensés en vain chaque année.

Ce que l'on n'a pas compris, c'est que l'on dépense toutes ces sommes uniquement pour gérer la maladie, mais pas pour la santé!

 

Il faut se poser des questions:

Il est certain que l'environnement que nous avons contribué à créer n'arrange pas les choses et que l'émotionnel agit sur nos défenses immunitaires, mais ces deux causes seules ne sont pas suffisantes pour expliquer toutes nos maladies. 

Il faut commencer par des choses simples telle qu'une remise en ordre de l'appareil digestif, à l'aide de quelques notions:

- les fruits frais et les fruits secs se consomment seuls mais ils peuvent être mélangés entre eux, exceptés le melon et la pastèque qui doivent être mangés seuls.

- les oléagineux (amandes, noix, noisettes, pistaches, graines de sésame et de lin...) avec les légumes et les crudités.

- les pommes de terre, les oignons avec les légumes et les crudités.

- les légumineuses (lentilles, pois cassés, haricots secs...) seront associées avec du riz complet. Associer le riz et les lentilles permet au corps de fabriquer des protéines équivalentes à celles de la viande par l'apport complémentaire de tous les acides aminés.

- les oeufs, le poisson, les crustacés, la viande avec les légumes et la salade.

- les céréales: le blé et le maïs sont les deux céréales qui ont été les plus modifiées par l'homme au cours des 20 siècles écoulés, et ils sont les moins favorables à la santé. 

Dans l'histoire de l'humanité, la consommation de ces céréales est extrêmement récente. Les dernières avancées de la paléomédecine mettent en évidence que le déclin des grandes civilisations du passé (en particulier les Egyptiens) coïncide avec le développement de l'agriculture et la consommation intensive du blé et des produits laitiers. Les restes fossilisés montrent qu'avant l'agriculture organisée, la santé humaine était excellente. Les humains étaient grands et minces, ils avaient des os forts et denses, et des dents saines.

L'archéologie, grâce aux restes momifiés de milliers d'Egyptiens et aux écrits datant de cette époque, a permis de démontrer que c'est avec le développement massif de l'agriculture que sont apparus la plupart des problèmes de santé. Les Egyptiens consommaient beaucoup de blé associé au miel. L'étude des momies montre qu'ils souffraient de multiples infections bactériennes et parasitaires.

Contrairement aux silhouettes longilignes des hiéroglyphes, ils étaient souvent obèses voire adipeux. A la dissection, les paléoanthropologues ont découvert des artères épaissies et marquées par l'hypertension, obstruées par des dépôts de cholestérol rancis et calcifiés au stade le plus avancé de l'artériosclérose...

La cuisson du pain nécessite des températures élevées. Or, la haute température, particulièrement celle des protéines, produit une toxicité élevée (réaction de Maillard) par la polymérisation des sucres et des protéines.

Un grand nombre de personnes est allergique au blé mais ne le sait pas. On ne digère jamais la totalité des hydrates de carbone consommés; un résidu demeure, constitué d'amidon non assimilé qui devient une masse collante, gluante et compacte, dont l'organisme ne sait que faire. Une fois passée dans le sang, aucune cellule du corps ne trouve d'emploi à cette molécule inconnue; son élimination, via les reins, est problématique. La seule solution qui reste au corps c'est le stockage dans les tissus, et dans les articulations.

Ces substances étrangères deviennent du mucus qui doit être excrété. Si les céréales sont associées aux produits laitiers elles vont déclencher des maladies inflammatoires: rhumes, rhinopharyngites, asthme, mucoviscidose, rhumatismes.

Les seules céréales que nous pouvons consommer, à petite dose et pas tous les jours sont:

- Le riz complet

- Le kamut

- L'épeautre et le petit épeautre

- Le quinoa qui n'est pas une céréale.

Ces céréales ne devront jamais être cuites dans un four à haute température; la cuisson ne devra jamais dépasser cent degrés (température de la vapeur d'eau). il est impératif de bien les mastiquer pour que la salive prédigère l'amidon. Il vaut mieux privilégier les lentilles, les pois cassés, les haricots blancs ou rouges pour aller avec.

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire