Les Allergies Respiratoires

  • De la bouche à l'estomac

    Pour optimiser la digestion haute.

     

    B0cb9b9bf6 50173673 digestion olga adobe stock copie 2

     

    Ne ratez pas la première étape de la digestion!

    De la mastication à l'élimination des déchets en passant par l'absorption des nutriments au niveau de l'intestin, toutes les phases de la digestion sont importantes pour une santé optimale.

    Si la digestion haute commence par une étape mécanique, la mastication, celle-ci met en action la production de salive et de sucs gastriques acides essentiels pour entammer la transformation des aliments et déclencher la vidange gastrique.

    L'acidité gastrique, pourtant naturellement produite par les cellules qui tapissent la paroi de l'estomac, a trop souvent mauvaise presse, jugée responsable de nombreux symptômes digestifs et conduisant à la consommation massive de produits visant à freiner sa production.

    Il semble au contraire que bon nombre de situations pathologiques incombent à un manque de production de sucs gastriques.

    Dyspepsie, ballonnements, éructations, fatigue digestive, reflux gastro-oesophagien ou encore le SIBO "Small Intestine Bacterial Overgrouth" ou "la prolifération bactérienne de l'intestin grêle" peuvent en être les symptômes et être améliorés en rétablissant un taux d'acidité normal et en accélérant la vidange de l'estomac.

    De façon plus subtile, cette première étape digestive ratée peu engendrer une inflammation de bas grade, origine de nombreux dérèglements systémiques n'ayant apparemment plus de lien avec le système digestif!

    Mon rôle de Naturopathe met le doigt sur ce problème négligé avec certaines plantes et compléments alimentaires ciblant la dynamique de la digestion haute - de la bouche à l'estomac - en apportant des éléments qui vont stimuler la production de sucs gastriques et accélérer la vidange gastrique.

     

    Les sécrétions salivaires et gastriques sont essentielles

    • pour activer la digestion des protéines et des glucides
    • pour permettre l'assimilation de vitamines et minéraux (Vit. B12, Fer, Calcium, Zinc...)
    • pour éliminer les pathogènes de l'alimentation
    • pour réguler la motilité et la vidange gastrique 

     

    Un manque peut entraîner 

    • une digestion incomplète de certains aliments qui fermentent alors dans l'estomac et l'intestin provoquant gaz et ballonnements
    • une carence en vitamines ou minéraux
    • une paresse digestive voire du reflux
    • la colonisation du système digestif par des bactéries ou des levures (ex: SIBO, Candidose)
    • une inflammation de bas grade qui peut se généraliser 

     

    Exemples de causes d'hypo-sécrétions 

    • Certains médicaments (IPP)
    • Le stress chronique
    • Des repas trop rapides
    • La consommation excessive de sucres ou d'alcool
    • Une alimentation pauvre en nutriments 

     

    Les plantes contenant des principes amers sont connues pour leurs effets toniques digestifs. Sous forme d'extraits, elles fournissent un concentré de composés amers différents qui agissent en synergie pour stimuler les productions de salive et de sucs gastriques. Certaines sont aussi anti-inflammatoires et anti-oxydantes, elles stimulent également la production de salive et l'activité des enzymes digestives. Elles peuvent favoriser l'élimination des gaz tout en limitant leur production. D'autres auront un effet accélérateur de la vidange gastrique et influenceront favorablement les lourdeurs digestives et la tendance au reflux. Il sera aussi intéressant de vérifier certaines déficiences en vitamines qui sont associées à la gastroparésie et ses symptômes. 

     

    En attendant votre rendez-vous, quelques conseils 

    Manger à heures régulières en prenant le temps, mastiquer correctement et boire peu d'eau pendant les repas, sont de bonnes habitudes qui permettent au système digestif de remplir son rôle dans des conditions optimales. 

     

    Attention, certaines plantes digestives ne sont pas recommandées en cas d'ulcère gastrique, ne faites jamais d'auto-médication! La pertinence du traitement doit être laissée à l'appréciation d'un Naturopathe qualifié!

     

  • Vision

     

    Un des hôpitaux les plus reconnus au monde change sa vision au sujet du cancer.

     

     

    Personnes agees avec tatouages 009

     

     

    John’s Hopkins Hospital est un hôpital universitaire situé à Baltimore dans l’État du Maryland aux États-Unis. Fondé grâce à un don de John Hopkins, il est aujourd’hui un des hôpitaux les plus reconnus au monde et est classé pour la 17ème année consécutive en première place du classement des meilleurs hôpitaux des États-Unis.

    Après de nombreuses années à dire aux gens que la chimiothérapie est l’unique manière de traiter et éliminer le cancer, l’hôpital John Hopkins annonce qu’il y aurait d’autres alternatives que la chimio:

    Une manière efficace de combattre le cancer est de ne pas donner à manger aux cellules cancéreuses avec les aliments dont elles ont besoin pour se multiplier.


    LES CELLULES DU CANCER S’ALIMENTENT DE :

    a . Le SUCRE est un aliment du cancer. Ne pas consommer de sucre coupe un des éléments les plus importants des cellules cancéreuses. Il existe des substituts du sucre comme la saccharine, mais ils sont faits avec de l’ Aspartame et sont très nocifs… Un meilleur substitut du sucre est le miel de manuka ou la mélasse mais en petites quantités.
    Le SEL contient un additif chimique afin de paraître blanc. Une meilleure alternative pour le sel est le sel de mer ou les sels végétaux .

    b . Le LAIT cause dans le corps la production de mucus, spécialement dans le conduit intestinal. Les cellules cancéreuses s’alimentent de mucus. En éliminant le lait et en lui substituant du lait végétal, les cellules du cancer n’ont rien à manger, par conséquent elles meurent.

    c. Les cellules cancéreuses mûrissent dans un milieu ambiant acide. Un régime à base de VIANDE ROUGE est acide, il vaut mieux manger du poisson et un peu de poulet à la place de la viande de bœuf ou de porc. De plus, la viande contient des antibiotiques, hormones et parasites qui sont très nocifs, spécialement pour les personnes cancéreuses. La protéine de la viande est très difficile à digérer et requiert beaucoup d’enzymes. La viande qui ne se digère pas reste dans le corps et se putréfie ce qui entraine la création de plus de toxines.



    COMMENT CONTRIBUER A LA SOLUTION DU PROBLÈME


    a) Un régime de 80% de végétaux frais et jus, céréales, graines, noix, amandes et seulement un peu de fruits mettent le corps dans un milieu ambiant alcalin. On doit consommer seulement 20% de nourriture cuite, incluant les haricots. Les jus de légumes frais provisionnent le corps en co-enzymes qui sont faciles à absorber et arrivent aux cellules 15 minutes après avoir été consommés pour nourrir et aider à former des cellules saines. Pour obtenir des enzymes vivantes qui aident à construire des cellules saines, on doit essayer de boire des jus de légumes (pratiquement tous incluant l’alfafa) et manger beaucoup de légumes frais 2 ou 3 fois par jour.

    b) Éviter de prendre du CAFÉ, THÉ ET CHOCOLAT, qui contiennent beaucoup de caféine.
    Le THÉ VERT est une meilleure alternative et a des propriétés qui combattent le cancer. Il est préférable de boire L’EAU purifiée ou filtrée pour éviter les toxines et métaux lourds de l’eau du robinet (idéalement faire installer un osmoseur inverse). L’eau distillée est acide, ne pas la boire.

    c) Les parois des cellules cancéreuses sont couvertes par une protéine très dure. En évitant de manger de la viande, ces parois libèrent plus d’enzymes qui attaquent les protéines des cellules cancéreuses et permet au système immunitaire de détruire les cellules cancéreuses.

    d) Quelques suppléments aident à reconstruire le système immunitaire: anti-oxydants, vitamines, minéraux, EPA–DHA, huiles de poisson... pour aider les cellules à lutter et détruire les cellules cancéreuses. D’autres suppléments comme la vitamine E sont très connues parce qu’elles causent l’apoptose, la méthode normale du corps pour éliminer les cellules inutiles ou défectueuses.

    e) Le cancer est aussi une maladie du mental, du corps et de l’esprit. Une attitude plus active et positive aidera le malade du cancer à combattre et à se convertir en survivant. La rage et l’incompréhension, le non-pardon mettent le corps dans une situation de stress et dans un milieu ambiant acide.
     
    Apprendre à avoir un esprit aimable et amoureux avec une attitude positive est très bénéfique pour la santé.

    Apprendre à se relaxer et jouir de la vie.

    f) Les cellules du cancer ne peuvent vivre dans une ambiance oxygénée. L’exercice journalier, la respiration profonde aide à recevoir plus d’oxygène jusqu’aux niveaux cellulaires. La thérapie d’oxygène est un autre élément qui aide à détruire les cellules du cancer.


    1. Pas de contenants en plastique dans le micro-ondes.
    2. Pas de bouteille d’eau dans le congélateur
    3. Pas de film plastique dans le micro-ondes.

    g) Les substances chimiques comme les dioxines causent le cancer, spécialement du sein. La dioxine est très destructrice, spécialement pour les cellules du corps.

    Ne pas mettre au réfrigérateur des bouteilles d’eau en plastique car le plastique « transpire » les dioxines et empoisonne l’eau.
    Récemment, le Docteur Edward Fujimoto, directeur du programme Bien-Être à l’hôpital Castle, parut dans une émission télévisée, expliquait le danger de la dioxine. Il a dit que nous ne devons pas mettre les contenants en plastique au micro-onde, surtout les nourritures qui contiennent du gras. La combinaison de gras et la forte chaleur avec le plastique transportent la dioxine à l’intérieur de la nourriture et par conséquent à notre corps.

    A la place, on peut utiliser du verre comme Pyrex ou de la céramique pour chauffer la nourriture.

     

    Et maintenant, à vous de changer vos habitudes en faisant de la prévention régulièrement auprès de votre naturopathe préférée !!  ^^

  • Des Solutions Naturelles

    Face à l'Endométriose

     

    Screenshot 20220516 093535 01

     

    Qu’est-ce que l’endométriose?

    L’endométriose est une maladie gynécologique qui touche à ce jour une femme sur dix. Elle est caractérisée par la présence de tissus similaires à l'endomètre à l'extérieur de la cavité utérine, provoquant ainsi cette prolifération avec des adhérences sur différents organes à proximité de l'utérus ou autres organes en fonction des femmes.

    La maladie peut être asymptomatique.

    Néanmoins, une grande partie des femmes diagnostiquées aujourd'hui vivent plusieurs années dans une errance médicale ressemblant à un syndrome prémenstruel.

    Parce que ce n'est pas normal d'avoir mal au ventre quand on est une femme et de souffrir autant. Le corps nous parle à sa manière, écoutons-le.

    La naturopathie vous apporte des solutions naturelles et vous aide à comprendre l’origine des troubles et des blocages émotionnels présents en vous.

    Si cela vous parle ici, n’hésitez pas à en parler avec votre gynécologue ou votre médecin avant de débuter un accompagnement avec la Naturopathie. Le diagnostic est essentiel pour un accompagnement optimal et personnalisé en la personne que vous êtes.

    Surtout, croyez en votre instinct et ne laissez personne vous faire croire que c'est parce que vous êtes une femme douillette. Vous êtes la seule à savoir ce qui se passe en vous.

     

    Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

    Les symptômes de l'endométriose sont multiples et ne sont pas toujours proportionnels à l'étendue des lésions, ils dépendent aussi du lieu où sont présents le tissu, les cellules ainsi proliférées.

    On retrouve parmi les plus courants, des douleurs pelviennes invalidantes importantes avant et pendant les règles, des douleurs abdominales, des douleurs pendant les rapports sexuels, des douleurs irradiantes dans les jambes, des troubles du transit, de la fatigue chronique, des essoufflements et dans certains cas de l'infertilité.

    Il existe autant de combinaisons de symptômes qu'il existe d'endométriose.

    Ces symptômes ont un impact majeur sur la qualité de vie des personnes atteintes avec un retentissement important sur leur vie personnelle et conjugale mais également professionnelle et sociale.

     

    Et au niveau de la symbolique ?

    Toute pathologie est issue d’un facteur biologique (génétique, héréditaire, cellulaire), d’un facteur environnemental (alimentation, air, eau, hygiène de vie) et d’un facteur psychologique (émotions, ressentis, vécus…).

    C’est en fait la présence de ces 3 facteurs qui provoque la maladie : “le mal-a-dit”.

    Il est évident que vous ne pouvez pas modifier le facteur biologique passé. Par contre, pour améliorer votre endométriose, vous pouvez agir sur le facteur environnemental et sur le facteur psycho-émotionnel en trouvant la cause de la cause.

    le décodage biologique est un outil qui permet de décrypter le sens émotionnel d’un symptôme, d’une pathologie ou d’un organe touché. Chaque symptôme, maladie, maux ou encore organes étant reliés à une émotion, à un ressenti émotionnel et un sens psychologique. C’est un outil complémentaire sur votre chemin du Bien-être.

    La symbolique de l’endométriose repose sur les ouvrages de Christian Flèche et de Jacques Martel, ils sont à décoder selon votre situation et votre ressenti. Peut-être une piste pour vous amener sur votre chemin de vie et permettre une prise de conscience qui était jusque-là, enfoui en vous.

    Ces exemples ne sont pas significatifs mais vous éclairent sur le chemin de votre guérison.

    L’utérus est l’organe de la nidation. Il symbolise le nid familial, la sécurité, le foyer et la famille. Un dysfonctionnement au niveau de l’utérus peut trouver son origine dans un conflit avec l’une de ces notions.

    Le nid utérin symbolise la maternité, la fertilité et la créativité. L’endométriose peut donc renvoyer à un refus inconscient de la maternité lié à des propres peurs inconscientes ou bien à celles liées à des mémoires familiales qui nous sont transmises par nos ancêtres.

    Dans le cas précis de l’endométriose, il s’agit de fragments d’endomètre qui se développent à l’extérieur de l’utérus, en dehors de la localisation normale, ce qui peut signifier que le nid est ailleurs. On peut se demander si dans notre vie actuelle qu'elle soit amoureuse, familiale, professionnelle, lieu d’habitation est conforme avec votre désir.

    Ce sont peut être des peurs inconscientes et des mémoires familiales liées à une peur que les conditions actuelles de vie ne permettent pas un accueil optimal de l’enfant à naître, cela peut être aussi une peur de ne pas être une bonne mère, peur de perdre le bébé, peur de ne pas offrir un bon foyer à son enfant, peur qu’un enfant vienne briser l’harmonie du couple .

    Enfin, l’endométriose peut aussi trouver sa cause dans une problématique avec la mère comme ne pas savoir comment se positionner par rapport à elle, conflit avec celle-ci, peur de la décevoir, peur de ne pas être à sa hauteur…

    Cette liste n’est pas exhaustive et le refus inconscient de la maternité peut trouver son origine dans de multiples causes inconscientes non-citées ci-dessus.

    Je vous invite fortement, si cela est votre situation, à venir me consulter pour explorer cette piste et vous libérer de ces ressentis bloqués en vous.

     

    Comment améliorer votre endométriose avec la Naturopathie?

    La naturopathie est d'une aide précieuse et intervient en complément de la prise en charge médicale de l'endométriose. Elle ne remplace pas le traitement établie par un médecin et n'est pas vouée à la diagnostiquer. La naturopathie permet de retrouver une meilleure qualité de vie pour les femmes atteintes d'endométriose.

    Je vous propose une approche globale et personnalisée qui permettra de :

    - Comprendre les mécanismes de l’endométriose

    - Garder le moral

    - Retrouver un mieux-être au quotidien

    - Limiter l'inflammation

    - Atténuer et de réduire certains symptômes

    - Vous reconnecter à votre féminin

     

    Endométriose & Rééquilibrage alimentaire

    “Que l’aliment soit ton premier médicament” disait Hippocrate.

    La première des approches au niveau de la Naturopathie est l’alimentation, premier pilier à mettre en place avec un rééquilibrage alimentaire adapté et personnalisé.

    La Naturopathie est une médecine holistique, c’est à-dire qui considère la personne comme une unité, un tout.

    En tant que Naturopathe, je peux vous accompagner dans cette démarche, mais de façon générale, l’endométriose étant une maladie inflammatoire, il va falloir supprimer de votre alimentation tous les aliments pro-inflammatoires comme le gluten, les produits laitiers d’origines bovines, le sucre raffiné et les produits qui en contiennent.

    Le mieux est aussi de limiter la viande rouge, les plats préparés issus de l’industrie agro-alimentaire, les produits industriels et les graisses saturées.

    Pas de panique, la Naturopathie n’est pas un régime alimentaire strict ou la privation règne mais un art de prendre soin de soi, tout en se faisant plaisir.

    Privilégiez simplement les produits bruts (non-transformés) comme les fruits et les légumes de saisons, toutes les viandes blanches, tous les poissons en particuliers les petits poissons gras comme les sardines, maquereaux, hareng, les œufs (de préférence bio), les légumineuses et les céréales complètes ou semi-complètes & féculents sans gluten (riz, polenta, quinoa, millet, sarrasin, pomme de terre, patate douce, pain sans gluten, etc…).

    Pour remplacer les produits laitiers de vache, optez pour des alternatives végétales comme les laits végétaux, les crèmes végétales et les yaourts au lait végétal. On peut s’orienter aussi sur des produits laitiers de brebis et de chèvre.

    Privilégiez le fait maison plutôt qu’industriel, et limitez l’alcool, le tabac et le café qui sont inflammatoires.

    Enfin, augmentez votre consommation d’aliments riches en Oméga 3 comme les petits poissons gras mais aussi les huiles végétales comme le colza, la noix, le lin, le chanvre.

    Les Oméga 3 sont anti-inflammatoires et luttent contre l’endométriose.

     

    Endométriose & la Gestion du stress

    En naturopathie, l’alimentation et la santé naturelle sont indispensables pour accompagner une pathologie. En revanche, il y a un autre pilier tout aussi important : celui de l'équilibre des émotions.

    En effet, on sait aujourd’hui que le stress est un facteur aggravant de toutes pathologies et notamment de l’endométriose et des douleurs ressenties. Ainsi, plus vous diminuerez votre état de stress (anxiété, colère, angoisse, irritabilité,…), et plus vous améliorerez votre endométriose.

    Lorsque vous sentez que vos besoins émotionnels intérieurs sont en conflit direct avec ce que la société, la vie vous demande d'être, l'endométriose serait une des façons que votre corps utilise pour attirer son attention sur votre conflit émotionnel.

    Il n’y a pas de hasard dans les maladies, comprendre les ressentis et la provenance des blocages émotionnels est très important surtout s’ils ne nous appartiennent pas.

    Comment fait-on ?

    → Se faire écouter par sa naturopathe, partager ses peines, ses doutes, ses douleurs dans une ambiance douce et bienveillante. Le but est déposer ses ressentis, ses émotions, tout simplement se décharger.

    → Mettre le doigt sur la cause de votre stress et y remédier, pour soulager et régler le problème de fond.

    → Trouver et pratiquer votre activité ressourçante selon votre personnalité, votre tempérament qui vise à vous reconnecter à vous-même et à votre corps : réflexologie plantaire, méditation, yoga, Pilates, relaxation, cohérence cardiaque...

    → Se supplémenter en magnésium avec une forme bio-disponible et assimilable par notre organisme pour lutter contre la fatigue.

    → S’accorder chaque jour un temps pour soi pendant lequel vous faites quelque chose qui vous procure du plaisir, un moment de bonheur et de sérénité comme lire un livre, cuisiner, prendre un bain, faire du sport, peindre, aller marcher dans la nature…il y a tellement de possibilités…

    L’essentiel est de vous accorder ce temps de plaisir chaque jour.

    → Pratiquez la pensée positive et la gratitude pour rebondir sur chaque situation.

     

    Endométriose & la phytothérapie

    En parallèle d’un rééquilibrage alimentaire et de l’équilibre émotionnel, votre Naturopathe vous accompagnera également en phytothérapie.

    Plusieurs solutions naturelles sont en effet très efficaces pour améliorer votre endométriose, diminuer les douleurs et réguler les hormones.

    Par exemple : Tisane de feuilles de Framboisier

    Appelée “herbe des femmes”, les feuilles de framboisiers sont un puissant anti-inflammatoire. Elles soulagent les douleurs menstruelles, facilitent l’accouchement, améliorent la digestion (douleurs, ballonnements), régulent les hormones féminines, renforcent le système immunitaire, soulagent les irritations de la peau et stimulent le métabolisme.

    Mode d’emploi : verser 1 tasse d’eau frémissante sur 1 cuillère à café de feuilles séchées et laisser infuser pendant 10 minutes. Filtrez au besoin et couvrir. Boire jusqu’à 3 tasses par jour soit 3 tisanières de 200 ML par jour.

    Tisane d’Achillée Millefeuille Antispasmodique : l’achillée millefeuille possède un effet sur les muscles lisses de l’utérus. Anti-inflammatoire et relaxante, elle est capable de freiner en partie la production des œstrogènes, diminuant ainsi les variations hormonales qui sont sources de douleurs lors des menstruations.

    Mode d’emploi : verser 1 tasse d’eau frémissante sur 1 cuillère à café de plante séchée et laisser infuser pendant 10 minutes. Filtrez au besoin et couvrir. Boire jusqu’à 3 tasses par jour soit 3 tisanières de 200 ML par jour.

    Tisane d’Alchémille : une plante adaptée aux femmes. Elle lutte contre les règles douloureuses ou trop abondantes, contre le syndrome prémenstruel ou encore les affections vaginales. Elle stimule également la production de progestérone dont la carence augmente les saignements.

    Mode d’emploi : verser 1 tasse d’eau frémissante sur 1 cuillère à café de plante séchée et laisser infuser pendant 10 minutes. Filtrez au besoin et couvrir. Boire jusqu’à 3 tasses par jour soit 3 tisanières de 200 ML par jour.

    Endométriose & accompagnement spécifique (à établir lors de votre "Bilan énergétique") :

    Le 4ème axe pour améliorer votre endométriose de manière naturelle grâce à la Naturopathie est celui de l’accompagnement spécifique naturel.

    Parmi les compléments naturels indispensables, on retrouve les compléments anti-inflammatoires qui viennent lutter contre l’inflammation de l’endométriose et donc diminuer les douleurs. Les plus adaptés sont :

    → Le curcuma → Les oméga 3 → Le zinc → Les bourgeons de cassis

     

    Pour conclure

    Il est important de s'entourer de professionnels de différents domaines mais aussi d'échanger avec d'autres femmes atteintes d’endométriose, de partager vos vécus et ressentis. L’échange, le partage seront des sources de vitalité et de soutien.

    Pour cela les associations dédiées à l'endométriose font un super travail pour informer, sensibiliser et rassembler autour de cette maladie. N'oubliez pas que beaucoup de professionnels complémentaires peuvent vous accompagner sur votre chemin de vie comme la Naturopathie, l'hypnose, la sophrologie, l’ostéopathie.

    Un accompagnement individuel et naturel en Naturopathie est intéressant pour être accompagné dans son endométriose. Même si certaines choses sont applicables pour plusieurs femmes, d'autres pistes ne pourront être explorées qu'en individuel.

    Nous pourrons ensemble y aller par étape et à votre propre rythme pour vous apaiser mais aussi pour venir soulager l'ensemble des systèmes de votre organisme.

     

  • Nutriments pour le soutien du système immunitaire

     

     

    R 1

     

     

    Au vu de la situation actuelle et de cette nouvelle vague du Covid, il est important de renforcer d’avantage le système immunitaire. Le SYSTÈME IMMUNITAIRE est un système de défense hypersophistiqué qui permet de nous protéger de la multitude de microorganismes qui tentent de pénétrer dans notre organisme. Un certain nombre de nutriments sont indispensables à une réponse immunitaire adaptée. Vous retrouvez ci-dessous différents nutriments indispensables pour un bon fonctionnement du système immunitaire. 

    1. La L-Glutamine :

    La L-Glutamine est un nutriment particulièrement important pour les cellules devant se diviser rapidement et constitue dès lors la source énergétique principale des lymphocytes lors de la réponse immunitaire.

    2. β-Glucanes :

    Les propriétés immunostimulantes du bêta-(1,3/1,6)-glucane, extrait de levure (Saccharomyces cerevisiae) ont fait l'objet de nombreuses publications. 

    Gh3xvhlnty60unxied94da glucanes1

    En se liant à son récepteur, le bêta-glucane active les macrophages et, à travers eux, toute la cascade immunitaire incluant : 

    l’activation de la phagocytosedes micro-organismes pathogènes responsables du développement des infections.

    - une augmentation de la production des cellules NK

    - l’activation des lymphocytes T et B

    LE BÊTA-GLUCANE AUGMENTE AINSI LA CAPACITÉ ET LA RAPIDITÉ DES CELLULES IMMUNITAIRES Á DÉTRUIRE LES INTRUS.

    3. La Vitamine C : 

    La vitamine C restaure les mécanismes des défenses immunitaires et module favorablement les processus cellulaires pathologiques induits par les virus.

    4. La Vitamine D : 

    La vitamine D joue un rôle majeur dans le soutien des fonctions immunitaires. Si une carence en vitamine D est clairement associée à une augmentation de la sensibilité aux infections, de nombreuses études ont également montré qu’une supplémentation en vitamine D améliore la défense contre les infections, notamment contre les infections respiratoires et les Coronavirus(COVID-19).

    5. Le Zinc : 

    Le Zinc est depuis longtemps considéré comme un nutriment indispensable à la croissance, au développement et au maintien du fonctionnement du système immunitaire. 

    Des études récentes ont montré que le zinc stimule non seulement l’immunité antivirale mais qu’il exerce également une action antivirale directe: inactivation du virus libre (1), inhibition du déshabillage viral (2) de la transcription du génome viral (3), et de la traduction et la transformation des protéines virales (4). 

     

    Gh3xvhlnty60unxied94da zinc

     

    6. Le Sélénium : 

    Le sélénium est un micronutriment qui joue un rôle important dans de nombreux mécanismes physiologiques notamment dans le fonctionnement à la fois de l’immunité innée et adaptative.

    7. La Quercétine : 

    La quercétine participe au soutien de la barrière intestinale au niveau des complexes jonctionnels serrés de l’épithélium intestinal, première ligne de défense du système immunitaire. Elle intervient dans la réponse immunitaire et anti-inflammatoire, elle a également un effet antiviral, par différents mécanismes : prévention de l’entrée du virus dans la cellule, inhibition de la réplication virale, et dans le cas du coronavirus, par inhibition d’une enzyme essentielle à la réplication du virus (MPro).

    8. Les EGCG de Thé vert : 

    L’épigallocatéchine gallate de thé vert a également démontré des propriétés similaires à la quercétine : antiviral, immunomodulatrice et anti inflammatoire.

    9. La NAC (N-Acétyl-Cystéine) :

    La NACest le précurseur du Glutathion, l’un des antioxydants les plus puissants. Outre son rôle en tant qu’antioxydant, il existe de nombreuses études sur le rôle du GSH dans l’immunité et sur son importance dans la réponse aux infections.

    Je reste à votre disposition pour toutes les questions que vous souhaiteriez me poser

    sur ce sujet lors de votre "Bilan Energétique". 

     

     

     

  • Lorsque le microbiote dysfonctionne...

     

    Alimentation et hygiène au quotidien 

    L'importance d'une bonne immunité n'a jamais été autant d'actualité... et c'est le microbiote qui en est l'axe principal. Toutes les recommandations d'hygiène de vie telles que se laver les mains régulièrement, utiliser du gel hydroalcoolique, porter un masque... sont importantes mais ne suffisent pas.

     

    Maux de ventre constipation flatulences

     

    Le corps humain est équipé d'un ensemble de défenses immunitaires à travers ses différents microbiotes (buccal, cutané, urogénital...). Mais le plus important est celui des intestins, il représente 80% de notre système immunitaire! Chaque être humain possède un microbiote unique constitué de bactéries, levures, champignons et virus qui vivent en symbiose lorsque l'équilibre est maintenu...

    Lorsque l'équilibre du microbiote est rompu, la dysbiose apparaît, caractérisée par une porosité intestinale et/ou une fermentation excessive (au niveau de l'estomac, de l'intestin grêle ou du côlon) et/ou une putréfaction intestinale.

    Plusieurs facteurs, seuls ou combinés, notamment le stress, la peur, les émotions ou idées négatives, le gluten, le lait de vache, les mauvaises associations alimentaires, les excès de sucre, les excès alimentaires, la prise d'aliments cuits, transformés, industriels, sont à l'origine d'une dysbiose intestinale.

    Les symptômes caractéristiques d'une dysbiose sont souvent synonymes d'une haleine putride, de ballonnements, de crampes abdominales, de selles non moulées, de perte de poids ou, au contraire, d'une accumulation de graisse viscérale et abdominale.

    S'il s'agit d'une porosité, cela va impacter le système immunitaire (car la paroi intestinale sera altérée) et indirectement le système nerveux (agitations, anxiétés, peurs, angoisses, excès de stress, défauts de mémoire...). Une porosité s'accompagne toujours de fatigue digestive à la fin d'un repas, parfois de ballonnements, maux de ventre, troubles du transit, selles non moulées, carences, anémie, troubles du sommeil, fatigue anormale.

    Une fermentation intestinale se caractérise par un reflux acide ou gastro-oesophagien, un terrain propice aux Candida albicans, de la fatigue, une envie de manger des aliments à base de farine toutes les 2 ou 3 heures, des infections fréquentes, des carences, une anémie, une défaillance du système immunitaire, des ballonnements, de la constipation souvent liée à des périodes dépressives, des gaz non odorants.

    Une putréfaction excessive se caractérise toujours par des gaz malodorants. 

     

    Intérêts des Métabolites Organiques Urinaires : 

    La réalisation d’analyses de selles par culture ne permet souvent qu’une vue limitée de la flore intestinale. Elle n’est pas toujours suffisamment sensible pour permettre de mettre en évidence une dysbiose bactérienne et/ou fongique. 

    Une alternative astucieuse consiste à repérer la présence de micro-organismes en quantité anormale (dysbiose bactérienne et/ou fongique) par l’identification de leurs métabolites dans les urines. L’idée consiste donc à repérer certaines molécules issues du métabolisme fongique ou du métabolisme bactérien.
    Ces métabolites sont évacués par les micro-organismes dans la lumière intestinale, où ils font l’objet d’une absorption par la muqueuse de l’intestin grêle. S’agissant de molécules peu réactives, en principe non modifiées par les enzymes humaines, elles sont excrétées par voie urinaire.

    Ce profil urinaire d’une dizaine de paramètres (dont les concentrations sont rapportées à la teneur en créatinine) est indiqué en cas d’INFECTION FROIDE, avec troubles digestifs (mais aussi cutanés et généraux) consécutifs à une dysbiose intestinale rebelle (et en particulier lorsque les coprocultures sont négatives). Il est surtout orienté vers la recherche d’une infection fongique, bactérienne ou parasitaire chronique.

     

    Symptômes communs aux dysbioses (à prendre en compte si au moins une fois par semaine, depuis 6 mois), les symptômes sont classés par pôle organique :

    -Estomac-Rate: Brûlures d’estomac / Herpès (buccal, cutané ou génital) / Hypersensibilité aux remèdes, produits ménagers …

    -Colon-Peau: Peau sèche, rougeurs et prurit, eczéma / Selles ou gaz nauséabonds. Constipation ou diarrhée

    Infections ORL fréquentes / Fatigue (physique et psychique) / Sueurs nocturnes.

    -Rein-Surrénales: Chute des cheveux / Acouphènes intermittents / Dépression, baisse de la libido / Pollakiurie, infections urinaires à répétition.

    -Foie-VB:Douleur dans la région du foie / Ongles fragiles.

    -Cœur: Palpitations, épisodes de tachycardie / Maux de tête, insomnie.

     

     Symptômes plus particulièrement mycosiques (candida) :

    -Estomac-Rate: Attirance pour le sucre, prise de poids / Rougeurs, fissures de la commissure des lèvres.

    Douleurs d’estomac, résistants aux anti-acides / Douleurs fugaces des oreilles, des dents ou mâchoire.

    -Colon-Peau: Démangeaison des aisselles, de l’anus / Ecoulement nasal fréquent ou nez bouché. Spasmes intestinaux parfois violents.

    -Rein-Surrénales: Urines d’odeur forte, parfois moussantes ou filaments.

    -Foie-VB: Irritation oculaire : Yeux secs, paupières inflammatoires. Humeur changeante, excitation (enfant).

     

    Symptômes plus particulièrement bactériens (Clostridium) :

    -Estomac-Rate: Poids insuffisant. Intolérance à l’alcool / Aggravation ou amélioration suite d’antibiotiques.

    Brouillard intellectuel, troubles de mémoire, cherche ses mots / Maladresse, gestes imprécis, chute d’objets.

    Ecchymoses, bleus spontanés / Tremblements musculaires fins (paupières ou autre).

    -Colon-Peau: Fourmillements des extrémités, brûlures sous la peau / Jambes lourdes ou gonflées le soir.

    Besoin d’inspirer profondément, essoufflement à l’effort.

    -Rein-Surrénales: Instabilité, sensation d’être ivre / Hypersensibilité au bruit.

    -Foie-VB: Douleurs musculaires ou péri-articulaires migrantes, tendinites / Crampes nocturnes ou de repos, jambes sans repos.

    Flou visuel, ombres ou taches lumineuses / Hypersensibilité à la lumière.

    -Cœur: Angoisses injustifiées, humeur fluctuante / Endormissement irrépressible avec sursauts, hypersomnie.

     

    Les troubles digestifs constatés peuvent être consécutifs à :

    –Une alimentation déséquilibrée : trop riche en sucres, conserves, carnée ou au contraire végétalienne !

    –Un déficit enzymatique (génétique ou post médicamenteux) ou micronutritionnel (vitamines, oligo-éléments).

    –Une inflammation chronique du grêle (intolérances alimentaires ?) ou une modification durable du pH qui favorisent l’apparition de micro-organismes pathogènes. 

     

    Si durant notre rendez-vous je suspecte un déséquilibre du microbiote de la flore bactérienne et fongique, je peux vous proposer de réaliser un MOU (recherche des Métabolites Organiques Urinaires), un bilan permettant de mettre en évidence une dysbiose bactérienne et/ou fongique.

    Indications les plus courantes:

    Troubles digestifs chroniques (alternance diarrhée/constipation, transit alterne, flatulences, côlon irritable, douleurs digestives, inconfort digestif, lourdeurs digestives, digestions difficiles, pathologies digestives chroniques et/ou inflammatoires- M. coeliaque, RCH, Crohn), météorisme abdominal post-prandial, fringale de milieu de matinée, sensation d’être rassasier après les premières bouchées, prurit anal, déficit en Magnésium par déficit d’absorption intestinale, aigreur, pyrosis, gastralgies, ballonnement, gaz mal odorants, troubles des phanères, fatigue chronique, douleurs fribromyalgiques, résistances à l’amaigrissement...

     

    Points forts du MOU: 

    Outil pratique et didactique.

    Visualisation de l’intensité de la dysbiose bactérienne et/ou fongique, impact sur le métabolisme glucidique et protéique, mise en évidence d’une candidose digestive.

     

     

    Adieu les maux de ventre

     

     

  • Immunité

     

    En 5 points

    Je booste mon immunité

     

    Dc02612352319366f776a86c3e83911f

     

    L'idée d'un virus dans l'automne ou dans l'hiver nous traverse tous... Pour bien me caler dans ma tête, je fais tout ce qu'il faut pour stimuler mon immunité. Ce sera déjà ça de pris.

     

    1. Je parle à ma peur

    C'est la première étape pour stimuler mon système immunitaire. Lui éviter le stress qui, en mobilisant une partie de mes ressources, affaiblit mes défenses. On ne peut pas être sur tous les fronts... Une production continue de cortisol, une des hormones du stress, par exemple, empêche l'immunité de fonctionner à plein régime. Ce n'est que lorsque le cortisol se décide à baisser la garde, que les défenses naturelles peuvent barrer la route aux virus, bactéries, et autres agents infectieux. Donc, je fais tout pour calmer le stress qui pointe le bout du nez au-delà de mon inconscient en s'exprimant par une vague inquiétude persistante, une tendance à ne pas quitter des yeux la progression de la Covid 19 et autres attitudes qui témoignent d'un stress latent... Tranquillement, je parle à ma peur, je lui accorde le droit de s'exprimer, je l'écoute, je l'apaise en lui apportant des réponses dans la réalité : la régularité dans la méditation, et les remèdes naturels préventifs. 

     

    2. Je dis "Ail" 

    S'il est un remède naturel prioritaire pour renforcer son immunité, c'est bien l'ail, végétal tonifiant et alcalinisant. Inutile de préparer des arguments du type : "je ne le digère pas" ou "il donne mauvaise haleine", l'ail n'a jamais fait de mal à personne (sauf pour certaines personnes sous traitement car l'ail est un puissant fluidifiant sanguin) et il ne promet pas une rupture amoureuse instantanée s'il est consommé comme il se doit : en vinaigre à boire tous les matins, dilué dans de l'eau. On n'est pas obligé d'aller embrasser son amoureux ou son amoureuse sur-le-champ : quelques instants de distanciation et la présence olfactive de l'ail se sera envolée ;-)

    A la maison, j'ai donc décidé de préparer mon vinaigre d'ail selon la recette traditionnelle. Rien de plus simple, et j'en prends chaque jour 1 cuillerée à café. L'effet de ce remède de grand-mère est impressionnant : je me sens plus forte, plus énergique, et je constate rapidement que mon immunité est consolidée.

    La recette du vinaigre d'ail : dans un pot de type Masson de 500ml avec un couvercle en plastique, car le métal rouillerait pendant la macération de l'ail, couper 200 g d'ail biologique frais en tout petits morceaux ou le hacher. Verser par dessus 300 ml de vinaigre de cidre de pommes Bio non pasteurisé jusqu'à bien recouvrir l'ail. Laisser macérer à l'abri de la lumière. Ne pas oublier de le brasser régulièrement. Trois semaines plus tard, filter la macération et verser le vinaigre d'ail dans une bouteille opaque. Le consommer tout au long de la saison froide. 

     

    3. Je combats l'acidité

    Grâce à Peter Jentschura, spécialiste de l'équilibre acido-basique, nous pouvons comprendre que cette notion est indispensable à une bonne santé durable et à un moral stable. En raison de notre mode de vie stressant, de la pollution, nous sommes tous plus ou moins débordés par les acides dans notre organisme, et rééquilibrer régulièrement nos bases remet, en quelque sorte, les pendules à l'heure. Pour cela, il faut conduire les acides vers la sortie en drainant l'organisme avec des remèdes naturels alcalinisants, et le régénérer en lui redonnant des réserves qui font pencher la balance du côté des bases. Nous en aurons besoin lorsque la bise sera venue. Le système immunitaire sort toujours renforcé d'une petite cure alcaline et la vitalité aussi.

    Immunité : les conseils de Peter Jentschura 

    "L'équilibre acido-basique est essentiel à notre système immunitaire. En matière d'immunité, la meilleure option est la prophylaxie et la base de la prophylaxie est une alimentation saine, omnimoléculaire. Cette méthode est non seulement simple et efficace, mais aussi peu coûteuse, et elle conduit au renforcement de la résistance de chacun. L'organisme est en mesure de lutter contre une infection lorsqu'un taux pH alcalin du liquide cellulaire, de la lymphe et du sang est à même de ralentir la fusion entre la membrane virale et la membrane de la cellule-hôte qui se trouve alors protégée. De cette façon, l'infection et la reproduction virales sont inhibés. Dans ce sens, il faudrait se nourrir principalement d'aliments alcalinisants et excédentaires en bases : des légumes de saison, des graines, des céréales... Dans la mesure où les acides affectent aussi considérablement notre psychisme, surtout lorsque la saison hivernale commence, l'automne est une bonne période pour préserver son équilibre ou le retrouver rapidement". 

     

    4. Je pratique le bain dérivatif

    C'est un classique des soins préventifs naturopathiques. Simple, puisqu'il suffit d'un filet d'eau froide pour la pratiquer. Le principe? Dans un bidet ou dans une cuvette, on fait couler de l'eau froide, on s'assoit au-dessus et, avec une lingette, on exerce une friction douce de l'aine vers le périnée, de chaque côté, pendant une dizaine de minutes. Important : se couvrir suffisamment pour ne pas avoir froid; il est même essentiel de se sentir bien au chaud. Le naturopathe allemand Louis Kuhne avait décrit ce bain au XIXe siècle, mais c'est la navigatrice France Guillain qui l'a remise au goût du jour dans son livre Le bain dérivatif ou D-Coolin Way (Editions du Rocher). Faute de bidet, ou d'envie d'appliquer sa méthode à la lettre, elle propose des poches de gel "Yokool", à base de cellulose, à placer au congélateur avant de s'en servir. Afin de renforcer l'immunité, ces poches de gel recouvertes de tissu représentent une solution idéale pour toutes les femmes comme pour les hommes. Le système lymphatique et la circulation sanguine sont stimulés, et l'action anti-inflammatoire se ressent nettement. La température intérieure baisse doucement : avec le bain dérivatif vous serez plus zen, plus tonique, vous dormirez mieux... et votre silhouette s'affinera à vue d'oeil car les déchets métaboliques s'éliminent plus facilement. Alors, prêts à résister à fond aux virus?

     

    5. Je respire des huiles essentielles

    Mieux vaut prévenir que guérir. Si vous appliquez cette règle en toutes saisons, c'est particulièrement en automne que vous devriez vérifier vos réserves d'huiles essentielles Bio favorables à une bonne immunité. Je précise cependant qu'il est inutile d'accumuler des dizaines d'huiles et de les utiliser à tout va, sans discernement. Plus qu'inutile, cela peut s'avérer dangereux. Quelques huiles essentielles à diffuser, à inhaler ou à mélanger à une huile de base Bio pour des massages et des bains revitalisants en cas de baisse de régime : voilà la bonne solution. Vous choisissez celles qui conviennent le mieux à votre humeur du jour car il arrive que le parfum de l'une de vos H.E familières ne vous plaise pas, à un moment donné. Dans ces cas-là, vous n'insistez pas et vous en choisissez une autre. La palette antibactérienne et antivirale est large : myrrhe, thym, gingembre, ravintsare, eucalyptus, niaouli... Certaines entrent plus aisément en résonnance avec les voies respiratoires supérieures, d'autres les voies inférieures, mais les unes et les autres doivent être dosées très soigneusement, plutôt à la baisse qu'à la hausse par rapport aux préconisations des guides pratiques, et les huiles végétales de base (amande douce, jojoba, calendula...) se trouver à portée de main pour les préparations en contact direct avec la peau. Toujours. Femmes enceintes et enfants en bas âge, s'abstenir, c'est plus prudent, il faut demander l'avis de votre naturopathe. 

  • Fleur de Nigelle

    Mainimage full 12085098

     

    Huile de Nigelle extraite de la fleur est encore appelée "Huile du Pharaon" ou "Cumin Noir"

     

    Utilisée à l'époque égyptienne, Cléopâtre s'en servait pour améliorer son teint et rendre ses cheveux brillants. L'huile de nigelle a été retrouvée dans la tombe de Toutankhamon.

    Hippocrate la conseillait pour les troubles digestifs.

    Plus d'une centaine d'études ont été réalisées pour mettre en évidence les propriétés de l'huile de nigelle.

    Parmi les principes actifs : la nigellone cristalline, la thymoquinone sont surtout responsables des propriétés.

    L'huile de nigelle est par ailleurs riche en acide gras de la série des oméga 3 et oméga 6.

     

    • Propriétés 

     

    • Activité respiratoire et immunologique : la nigelle potentialise le système immunitaire (activité immunomodulatrice) et renforce le terrain des personnes hypersensibles (état allergique, rhinite et asthme). Une étude clinique de 2012 montre que 2g d'huile de nigelle par jour, 4 mois avant la saison des pollens, permet d'empêcher les signes de l'allergie de 70% des individus et de diminuer les signes chez les 30% restants.

     

    • Effet hypoglycémiant : la nigelle agit sur la sensibilité des récepteurs à l'insuline. 

     

    • Action antilipidémiante : la nigelle est utile en cas d'excès de cholestérol et triglycérides.

     

    • Effet sur le surpoids : une méta-analyse de 2018 (560 hommes et 315 femmes) montre une réduction du poids corporel (1.76kg) et de l'IMC (Indice de Masse Corporelle) comparé au placebo. 

     

     

     

    Thumbnail b9493053bc5745104ae76fdb9740e2d9

     

     

  • Boswellia serrata

    Boswellia serrata 

    En cas de douleurs, d'asthme...

     

    Cette précieuse résine est bien connue des médecins orientaux

    qui la prescrivent à leurs patients perclus de douleurs!

     

    Boswellia serrata 4 900x350w

     

    Une résine indienne

    Le Boswellia serrata est un arbre indien dont la résine est traditionnellement utilisée pour ses propriétés anti-inflammatoires. Son principal composant actif, l'acide boswellique, inhibe la synthèse des leucotriènes, substances fabriquées par l'organisme et qui sont à l'origine du processus inflammatoire. Le Boswellia n'est pas, à proprement parler, un antidouleur, mais, agissant directement sur l'inflammation, il procure assez rapidement un soulagement et une amélioration, aussi bien en cas de rhumatismes que de maux de dos. On l'utilise seul ou associé à d'autres substances naturelles, anti-inflammatoires également, ou bien dont les effets se portent sur la régénération des cartilages des articulations (comme le Bambou tabashir, la Glucosamine ou la Chondroïtine).

     

     

    Propriétés anti-inflammatoires

    Boswellia serrata 1495534950 3010433

     

     

     1. Anti-inflammatoires de type non stéroïdiens

    • Arthrite du genou

    Une étude réalisée sur des personnes souffrant d'arthrose a montré une diminution significative de la douleur du genou, et une augmentation de la flexion. Après un mois de traitement, les patients pouvaient marcher sur de plus longues distances sans douleur. Au bout de trois mois, les chercheurs ont constaté une réduction de l'accumulation de liquide dans leurs articulations. 

    • Polyarthrite rhumatoïde

    Plusieurs essais préliminaires valident une réduction significatives des oedèmes et de la douleur après un traitement de trois mois. 

     

     2. Anti-inflammatoires pulmonaires

    • Prévention des crises d'asthme

    Diminution de la dyspnée, du sifflement, du nombre de crises. Les leucotriènes induisent une vasoconstriction et le Boswellia inhibant la synthèse de ces molécules, au cours d'un essai clinique mené par l'équipe du Dr Gupta de la Faculté de médecine de Los Angeles, les chercheurs ont constaté une nette amélioration des symptômes de l'asthme chez les patients traités par le Boswellia serrata. 75% des malades voient disparaître le "râle" caractéristique de la dyspnée asthmatique. Le volume respiratoire s'est amélioré, le nombre de crises s'est espacé dans le temps et leur intensité a diminué de façon significative. Après 6 semaines d'un traitement aux acides boswelliques, la rémission de l'asthme a été constatée pour 70% des patients, dont aucun n'a reçu d'autre traitement médical! (Il est nécessaire d'être suivi par votre naturopathe pour le dosage.)

    • BPCO

    Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) : la cause principale étant le tabac : obstruction lente et progressive des voies pulmonaires hautes et basses. La BPCO diminue la capacité respiratoire de façon souvent irréversible. 

    • Bronchite chronique et emphysème

    Le Boswellia, diminue sensiblement ces troubles : amélioration au niveau de l'essoufflement et de la gêne respiratoire, nécessité de prendre des hautes doses (me consulter!). 

     

    3.Anti-inflammatoires intestinaux

    • MICI, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, maladie coeliaque

    Une étude a montré que la prise d'une certaine dose de Boswellia 3 fois par jour pendant 6 semaines diminue notablement les symptômes de la maladie de Crohn pour 70% des personnes alors que le pourcentage est de 27% chez les malades ayant reçu un placebo. 

    • Syndrome du côlon irritable, intolérance au gluten

    Propriétés immuno-modulantes

     

    Il n'existe pas de contre-indication connue au Boswellia, cependant, il est déconseillé aux femmes enceintes car, selon la tradition médicale indienne, la plante aurait aussi des propriétés abortives.